Formée en anthropologie, cette artiste d’origine espagnole a fait de sa curiosité pour les cultures orientales et tsiganes, une passion et un art.  Formée auprès des danseuses Lamia Saffiedine, Saïda Naït Bouda, Saädiya Souyah entre autres, elle enseigne les danses orientales arabo-berbères et maghrébines et se produit en région parisienne et au sein de nombreux festivals, comme Les Suds à Arles ou Bienvenue en tsiganie. Elle poursuit sa route dansée vers les danses tsiganes, de la main de Pétia Iourtchenko, Sinoma Jovic et Béatrice Lavielle entre autres. En 2010 elle débute sa carrière de chanteuse avec le Finzi Mosaïque Ensemble, groupe phare de la scène gipsy made in France, puis poursuit sa carrière avec d’autres groupes comme Radio Thrakia ou La Cie Mohein. Formée avec Martina Catella et Clotilde Rullaud, elle se spécialise dans la chanson traditionnelle meditérranéenne. 

        Elle a dansé avec Stephan Eicher, Fanfaraï , HaÏdouti Orkestar,  Tony Gatlif, Jean Marc Zelwer, Ibrahim Maalouf, Titi Robin ou encore le Cirque Romanès, et chante aussi bien pour la scène que pour le cinéma de la main du compositeur Armand Amar . Ses deux créations chorégraphiques « Azahar » (2008) et « Les Andalousies, du Bosphore à Gibraltar » (2016), témoignent de son univers artistique ; Son dernier spectacle, « Helia Luna » apporte aux jeune public une approche nouvelle de l’identité culturelle, à la fois dans l’esthétique traditionnelle et les nouvelles technologies. En 2017, Nuria crée « SYNGA » de la main de son compagnon, le contrebassiste franco malien Stéphane Zubanu Diarra, ils invitent des jeunes talents de la musique orientale, classique, tsigane et flamenca, pour ce nouveau projet de fusion espagnole. Cette chanteuse, danseuse et chorégraphe puise dans les traditions de la méditérranée pour en faire une relecture contemporaine adaptée à sa vie, à son œuvre, à son art…